Trouver le Meilleur Taux !

Qu’est-ce que l’apport personnel ?

Vous souhaitez contracter un crédit mais votre banque vous demande un apport personnel. Vous trouverez dans cet article les informations concernant l’apport personnel. Comment le constituer ? son  montant…

L’apport personnel correspond à de l’argent qui a été économisé par un emprunteur dans le but de payer une partie de son bien. Le reste fait l’objet d’un prêt bancaire. Cet apport représente un atout vis à vis de la banque. En effet cela prouve le bon profil d’emprunteur de celui qui souhaite souscrire à un prêt.

Comment le constituer ?
Il peut se constituer :

  •  Grâce à des prêts spécifiques comme par exemple le prêt à taux zéro plus, le PEL, le CEL…
  • Grâce à une épargne personnelle comme par exemple un héritage, une donation, la revente d’un bien immobilier…

A noter : plus l’apport est important, plus les conditions attribuées par la banque seront meilleures. La banque accordera un meilleur taux d’intérêt à un emprunteur qui a un bon apport personnel car elle sera rassurée sur la capacité d’épargne de l’emprunteur.
Les personnes travaillant dans un grand groupe, peuvent demander le déblocage des fonds de leur Plan Epargne Entreprise (PEE).

Quel montant à apporter ?
Le montant de l’apport est exprimé en pourcentage. Les banques demandent à l’emprunteur d’avoir un apport personnel d’au moins 10 % du montant demandé.

Par exemple : pour un emprunt de 120 000 €, la banque demandera un apport personnel de 12 000 €.

Dans l’idéal, les banques souhaitent entre 20  et 30 % du montant emprunté.

Son principal avantage
L’apport personnel permet à l’emprunteur de moins s’endetter et de pouvoir payer comptant certains frais liés à l’acquisition d’un bien immobilier, comme par exemple le montant des frais de notaire.

A noter : l’apport personnel n’est pas une obligation pour contracter un prêt. Cependant, il est fortement conseillé car il s’agit d’un plus. Le critère de l’apport n’est pas le seul critère à être pris en compte. La banque prendra en compte : les revenus, le niveau d’endettement…